En 2007, Julien Pillot, âgé aujourd’hui de 38 ans, a « réalisé son rêve d’enfant » en faisant construire son centre équestre « Au Moirot », à Écleux.

Ce fils de gendarme et d’une employée du Trésor Public a effectué un parcours professionnel atypique. Né à Paris, il a grandi au contact des chevaux de la Garde républicaine. Il a grandi au village de la Garde, boulevard Henri-IV, à Paris, avec 260 familles résidant sur le site.

Nommé intervenant pour les diplômes du ministère de la Jeunesse et des Sports

Depuis ses 12 ans, et pendant huit années, il a pratiqué l’équitation classique dispensée par les instructeurs de la Garde républicaine.

« C’était réveil au clairon à 6 h 30, et extinction des feux à 21 heures », raconte-t-il. « C’était peu adapté aux adolescents de 12 ans. Mais j’ai pu croiser des instructeurs de haut niveau », assure celui qui est aujourd’hui instructeur.

« Et puis, j’en garde de bons souvenirs notamment la préparation du défilé du 14-Juillet est un grand souvenir. »

En 1997, il rejoint le Jura et intègre le centre hippique de Rahon pour préparer un brevet d’éducateur sportif 1er degré (moniteur) qu’il obtient en 2000. En 2004, il valide son diplôme de la jumenterie de sport, travail du jeune cheval en Normandie à l’école nationale du Haras.

En 2005-2006, il intègre l’École nationale de Saumur, en Pays-de-la-Loire, où il obtient le brevet d’état d’éducateur deuxième degré (instructeur).

Depuis 2013, il détient le titre de président du Comité départemental d’équitation du Jura pour la mise en place des stages pour les professionnels, l’accompagnement des organisateurs de concours et la mise à disposition de différents matériels.

En 2014, il est nommé intervenant pour les diplômes du ministère de la Jeunesse et des Sports.

« J’entretiens des contacts hebdomadaires avec tous les enfants de la Garde, relations qui sont pour moi indestructibles. Mon parcours professionnel, je le vois comme « chanceux », car j’ai rencontré les bonnes personnes au bon moment. »